Anthonin Cohen-Adad : le CBD dans tous ses États

Après avoir cofondé Kanavape, Anthonin Cohen-Adad est à l’origine de Harmony, une entreprise qui commercialise ses produits au CBD dans pas moins de 42 pays. Sa formule : tout miser sur la R&D et la création de nouveaux produits.

Anthonin Cohen-Adad : le CBD dans tous ses États

Précurseur du marché du CBD en France, il est aujourd’hui à la tête de l’une des entreprises les plus en vue du secteur. Antonin Cohen-Adad, président de Harmony et ancien cofondateur de Kanavape, se définit pourtant modestement comme un “activiste entrepreneur”. « Au départ, je voulais simplement faire avancer les mentalités, assure-t-il. Moi-même consommateur de cannabis, je trouvais de nombreux bienfaits à cette plante, notamment pour mes performances sportives. Je ne comprenais donc pas qu’elle soit interdite en France, comme c’est le cas de l’alcool par exemple. C’est comme cela que je me suis engagé, en 2009, dans l’association UFCM (Union francophone des cannabinoïdes en médecine, NDLR) avec Sébastien Béguerie. »

Anthonin Cohen-Adad fondateur de Harmony
Anthonin Cohen-Adad, fondateur de Harmony

Repartir sur des bases saines

Après avoir entamé sa carrière dans la communication, la création de sites web et la production de contenu pour des start-up de la tech, il rêve de fonder sa propre entreprise. Ce rêve devient réalité en 2014, lorsqu’il s’associe avec Sébastien pour créer Kanavape, après avoir observé l’essor du CBD aux États-Unis. Mais l’aventure tourne vite au cauchemar, et Antonin perdra quelque 150 000 euros dans sa défense lors de son marathon judiciaire. De plus, des brouilles font voler en éclat sa collaboration avec Sébastien, qui s’installe en République tchèque pour relancer Kanavape. « Nous sommes tous les deux en discussion pour finaliser les détails de cette rupture professionnelle et repartir sur des bases saines », ajoute-t-il.

En 2016, Antonin fonde la marque Harmony en Angleterre. L’objectif : proposer des produits à base d’ingrédients naturels pour « mettre de l’harmonie dans la vie des gens ». Outre les kits de vape et e-liquides, elle propose des huiles et cosmétiques. Si tous ses produits contiennent du CBD, d’autres plantes interviennent dans la composition, Harmony se définissant plus comme une « entreprise de bien-être » que purement liée au CBD. Elle est tout de même l’une des rares à commercialiser du CBD, du CBG, du CBC et des terpènes à l’international, avec une présence dans 42 pays, dont 27 en Europe. S’il ne souhaite pas dévoiler son chiffre d’affaires, Antonin assure avoir écoulé 2,5 millions d’unités, tous produits confondus, depuis 2016, dont 460 000 pour la seule année 2021.

Gel massage rafraîchissant – Harmony

Distribution tous azimuts

Pour faciliter ce développement, l’entreprise a choisi de faire appel à des revendeurs. Ainsi, elle ne possède aucune boutique en propre mais est présente dans 3 200 magasins à travers le monde, qui réalisent 80 % de ses ventes (le reste étant vendu en direct sur son site internet). Ces revendeurs sont à la fois des bureaux de tabac (pour sa gamme de produits à vapoter), des CBD shops (pour les cosmétiques et huiles) ou des pharmacies (200 officines distribuent ses produits en France). Depuis 2021, il est même référencé dans plusieurs magasins Monoprix.

Mais s’il adapte le packaging de ses produits selon le marché de destination, il a choisi de proposer les mêmes formules, basées en conséquence sur la législation française, la plus stricte concernant les traces de THC. « Comme nous ne vendons pas de fleurs, cela n’est pas un handicap, et c’est beaucoup plus simple en termes de logistique de production », justifie-t-il. En effet, s’il ne s’interdit pas de lancer une gamme de sommités florales de CBD, ce n’est pas à l’ordre du jour. « L’objectif de la société est de proposer des produits accessibles à tous, pas destinés à des experts du cannabis. Et puis, il y a déjà énormément de sociétés qui se sont lancées sur ce produit, il est donc compliqué de se démarquer aujourd’hui en vendant des fleurs », constate Anthonin. Il estime en outre qu’une diversification trop massive de son offre pourrait nuire à la qualité de ses produits, d’autant qu’il continue à lancer de nouvelles gammes chaque trimestre, principalement liées à des cannabinoïdes autres que le CBD.

CBD relief patches – Harmony

En effet, les 15 collaborateurs de la société s’occupent uniquement du marketing et de la formulation, ce qui permet une grande efficacité de la R&D. La production en elle-même est sous-traitée à des entreprises allemandes et espagnoles, quand les plantes et extraits sont achetés en France et en Italie. Si Antonin souhaite augmenter la part de matières premières locales, la légalisation du CBD est encore trop récente dans l’Hexagone et les extracteurs habilités trop peu nombreux. « Mais le temps joue pour les producteurs français, car la qualité de leurs produits est bien supérieure. » Il admet toutefois que le coût d’extraction y restera supérieur, puisque notre législation ne tolère que 0,3 % de THC dans la plante, contre 0,6 % en Italie.

Baume intensif ultra nourrissant – Harmony

Une offre de coaching bien-être

L’entrepreneur est d’ailleurs impliqué dans l’évolution de la réglementation qui encadre la production de CBD. Antonin a en effet fondé, avec Laure Bouguen et Aurélien Delecroix, le Syndicat professionnel du chanvre (SPC). « Je suis toujours membre du board, mais j’y suis moins proactif qu’avant, reconnaît-il. Entre le procès et le syndicat, je me suis rendu compte que je ne m’occupais plus assez de ma société, j’ai donc préféré me refocaliser dessus. » Il est également confondateur de l’Association for Cannabinoids, Terpenes, and Innovative Ventures in Europe (Active), qui plaide pour l’assouplissement de la réglementation européenne du CBD.

La prochaine étape majeure du parcours d’Antonin, et d’Harmony, débutera cet automne. Il compte lancer une offre de coaching bien-être, avec probablement une version gratuite et une autre payante. « Le CBD ou les plantes médicinales ne sont pas une fin en soi. Ce que recherchent les consommateurs à travers ces produits, c’est une réponse à leurs problèmes, comme le stress ou l’insomnie. Et le CBD seul ne peut rien contre ces maux. Il faut également avoir une certaine hygiène de vie. Nous voulons être l’interlocuteur unique des personnes souffrant de ces symptômes », annonce-t-il.

Ces articles pourraient vous intéresser


Warning: Undefined variable $current_cat in /home/clients/309f80dd1cb011d22f1c5462d34d54cf/sites/cbdmag.fr/wp-content/themes/ecigmag/single.php on line 138