À Berlin, un ticket pour la détente

On ne manque pas d’audace ni d’humour outre-Rhin... À la veille de Noël, l’entreprise de transports publics BVG proposait à ses usagers un ticket très spécial…

À Berlin, un ticket pour la détente

« En voilà une idée qu’elle est bonne ! » aurait dit Coluche. À l’approche des fêtes de fin d’année, la Berliner Verkehrsbetriebe (BVG), l’entreprise de transports publics berlinoise qui gère le réseau de métro, de tramway et de bus de la capitale, a pris le parti de surfer sur la vague du cannabis en proposant à ses usagers un remède au stress d’un genre tout à fait particulier… Le spot commence par dépeindre une métropole bruyante, agitée, où « chaque jour, des millions de Berlinois veulent aller d’un point A à un point B ». Le tout sur fond de « shitty flute », assénée par des gamines à l’arrière d’une voiture tandis que le père de famille, au volant, tente d’avancer dans les embouteillages de la capitale. Autre scène urbaine : ce pauvre monsieur encombré d’un sapin de Noël, qui s’enfonce péniblement dans la rame de métro avant que les portes ne se referment sur son volumineux achat, le sectionnant net… Que d’agitation, en effet. Zen, soyons zen.

Puis, soudain, tout s’arrête. Le brouhaha, le mouvement, l’énervement. Oui, tout s’arrête, car il existe une solution pour échapper à cet enfer, à en croire la BVG : le chanvre. Plus précisément, un ticket au chanvre (« Hanfticket » en allemand) qu’il est possible de manger, après utilisation cela va de soi. Place à une musique de fond d’inspiration orientale. Zen, soyons zen.

On découvre alors le chauffeur d’un « Cannabus » tout ce qu’il y a de plus détendu, qui vient à la rencontre d’un producteur de chanvre pour y faire sa petite récolte.


« Il ne s’agit pas de substances interdites ou enivrantes, prévient l’entreprise de transports publics, mais uniquement d’ingrédients sélectionnés et totalement inoffensifs pour la santé. Le ticket se compose de papier comestible conventionnel qui a été arrosé d’une fine couche d’huile de chanvre. »


Se voulant plus rassurante encore, elle prend soin, sur son site internet, de préciser que ce produit n’a rien à voir avec les substances que l’on trouve dans les quartiers connus pour la vente de stupéfiants, et qu’il est « totalement légal ».

À en juger par ce spot publicitaire et les conseils qui l’accompagnent sur le site de la BVG, on dirait bien que les Berlinois ont pris un métro d’avance sur la RATP…

Ces articles pourraient vous intéresser


Warning: Undefined variable $current_cat in /home/clients/309f80dd1cb011d22f1c5462d34d54cf/sites/cbdmag.fr/wp-content/themes/ecigmag/single.php on line 138